Les réseaux à très haut débit

Bill St-Arnaud

Directeur du département Recherche, CANARIE inc.

Visionner la présentation [En anglais]

Bill St-Arnaud est directeur principal de la Section des réseaux avancés chez CANARIE Inc., l’organisation canadienne de développement des réseaux Internet avancés. Chez CANARIE, il a été responsable de la coordination et de la mise en œuvre du réseau optique Internet de la prochaine génération appelé CA*net 4.
Il est également l’un des principaux architectes de concept de « Customer Owned Networks » et du système de User Controlled Lightpaths (UCLP) qui permet aux utilisateurs de créer et d’adapter leurs propres topologies et infrastructures de routage. Il dirige actuellement un programme de recherche en technologies de l’information vertes qui vise à encourager un programme de récompenses plutôt que de taxes sur le carbone pour aider à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en fournissant un accès gratuit à la fibre optique et d’autres services internet et programmes informatiques à des foyers. En 2005, il a remporté le World Technology Summit award for Communications (Grand Prix en Communications)

Des récompenses plutôt que des taxes sur le carbone.

Les gouvernements du monde entier sont aux prises avec le problème de la réduction des émissions de dioxyde de carbone et autres gaz à effet de serre.
Les approches généralement favorisées consistent à imposer une taxe sur le « carbone » et à mettre en place différent systèmes de compensation pour les gaz émis. Il existe néanmoins une alternative pour réduire les émissions de carbone et elle consiste à « récompenser » ceux qui réduisent leurs émissions par le biais de produits et services Internet générateurs de faibles taux de carbone. Il est par exemple possible de fournir à des propriétaires de maisons un accès Internet par fibre optique ou des produits sans fil gratuits et d’autres produits internet tels des eBooks (livres électroniques) ou eMovies s’ils acceptent de payer quelques sous de plus pour chaque kilowatt d'électricité ou mètre cube de gaz qu’ils utilisent. Avec les « récompenses » carbone, le consommateur est ainsi encouragé à réduire sa consommation d'énergie.
Il est important de souligner que, dans ce cas, le consommateur n’est pas pénalisé dans l’utilisation qu’il fait de ces produits et services s’il réduit effectivement ses émissions de carbone. Dans les faits, avec ce programme de récompenses, il est probable que la facture totale cumulant électricité, gaz et frais de communication (accès internet, télévision par câble et téléphonie) soit sensiblement moindre que celle payée avant l’adhésion au programme.
Non seulement le consommateur profite-t’il de ce modèle d’affaires, mais de plus, ce dernier génère de nouvelles sources de revenus potentiels pour les opérateurs de réseau, les équipementiers et les fournisseurs de produits internet verts (gCommerce).